Gravures

11 Juillet 2007
# 13 Lu 9751 fois
Commenter

Ici point d'analyse, les livrets des et les revues spécialisées sont là pour ça ! Les quelques commentaires ci-dessous sont forcément empreints de subjectivité, ils ne sont que la traduction d'émotions ressenties lors de l'écoute de ces disques. Cette rubrique n'a d'autre prétention que de mettre en lumière des interprétations, des instruments, ou des œuvres connues ou inconnues et au hasard des découvertes, sans viser à l'exhaustivité ou à la nouveauté.
Les disques sont classés dans l'ordre alphabétique des NOMS des compositeurs.


En cliquant sur les noms des interprètes, on accède à une page web présentant la biographie de ceux-ci, quand elle existe !

Achat en ligne des CD : en cliquant sur les liens Amazon.fr - ohscatalog.org ou Cafépress.com on accède directement à la page correspondante sur les sites correspondants.


Dernière mise à jour : 12 juillet 2007


J.S. BACH – L'Art de la Fugue - 2 CD
Régis ALLARD à l'orgue Aubertin (2005) de St-Louis en l'Isle à Paris
Editions HORTUS - Hortus 039




Voici un organiste qui ne fait pas beaucoup parler de lui, et c'est bien dommage ! Régis Allard signe ici un enregistrement somptueux de ce monument qu'est l'Art de la Fugue (les deux fugues en miroir à 4 voix sont jouées à 4 mains avec le concours d'Emmanuel Mandrin). On appréciera la qualité du toucher de Régis Allard, détaillant parfaitement la polyphonie, tout chante, tout respire, brillant et poésie sont partout. Les registrations, judicieusement choisies; mettent admirablement en valeur l'écriture complexe des fugues, tout à tour intimistes ou brillantes, elles font entendre les principaux en soliste ou en mélange, les flûtes seules ou en mélange, parfois ajoutées aux anches solites, des plenum avec ou sans anches, on appréciera également la rondeur et la précision des jeux de pédale... Quel très très bel orgue !
Amazon.fr


J.S. BACH – Le Musicien-Poète

François MÉNISSIER à l'orgue Silbermann (1741) de St-Thomas de Strasbourg
Editions HORTUS - Hortus 020



Programme : Orgelbüchlein, 6 chorals (BWV 636, 640 à 644)Pièce d'orgue (BWV 572)Clavier-Übung III (BWV 669 à 671)Sonate en trio n°4 (BWV 528)An Wasserflüssen Babylon (BWV 653)Passacaglia et Thema Fugatum (BWV 582)Von der Thron tret' ich hiermit (BWV 668)

Un des plus beaux disque-récital Bach que je connaisse ! La beauté de l'instrument, des registrations, celle du toucher de François Ménissier, sa sensibilité tour à tour empreinte de fougue, de tendresse forcent l'admiration. Ici pas de manières, pas de chichis, mais 68 minutes de pur plaisir ! A posséder absolument !
Amazon.fr


Banchetto musicale - SACD
Flanders Recorder Quartet : Bart Spanhove, Han Tol, Joris Van Goethem, Paul Van Loey
avec le concours de Frédéric Malempré, percussions

AEOLUS - AE-10156



Une fois n'est pas coutume, fermons la boite et laissons-y flûtes harmoniques et octaviantes pour s'intéresser aux flûtes... à bec ! Abandonnons les gravures pour la table et le cochon de laye... Nous sommes invités à une symphonie de dégustations dont les différents plats s'organisent ainsi :

Apéritif allemand
1. De fines herbes délicatent parfument la pavane, qui est accompagnée d'une gaillarde pétillante au champagne frappé. La courante est garnie d'une légère crème fouettée et l'allemande est plaisamment épicée.
2. Un bouillon fumant et épicé mis en valeur par les harmonies suaves d'un Vieux Maître et le crépitement de son contrepoint, le tout servi en deux mouvements contrastants.

Antipasti italiens
Diminutions virtuoses associées à quelques miettes de mélodies délicieusement crémeuses. Un paradis d'arômes doux et forts.

Sorbet anglais
Les ingrédients ? De splendides mélodies servies sur un lit d'harmonies douces et moelleuses.

La spécialité de la Maison : Le Flamand Virtuose
1. Un spectacle audacieux d'accords suaves, de notes préparées avec soin et de contrepoint brut. En bref, la saveur et le raffinement de la cuisine moderne.
2. Une version maison des grands succès culinaires internationaux d'aujourd'hui. Ce plat saura satisfaire les connaisseurs les plus pointus.

Premier dessert
Un dessert généreux avec des gourmandises de saison du bon vieux temps.

Second dessert
La crème de la crème, un dessert flamand unique en son genre, crée en songeant au chef Bach !

Les chefs cuisiniers ayant élaboré ces différentes plats se nomment : Johann Hermann Schein, Johann Sebastian Bach, Tarquinio Merula, Ralph Vaughan Williams, Piet Swerts, Jan van der Roost, Frans Geysen. Pour leur préparation, les marmitons du Flanders Recorder Quartet n'utilisent pas moins de 26 flûtes à bec mais aussi des bouteilles de Schweppes, Jupiler beer, Coca-Cola, Gini, Chimay triple, Trappist Westvleteren, Château Poujeaux Moulis-en-Médoc 2001, Top "Mineral Water", Gewürtztraminer
"Hugel" Vendange Tardive 2001, Cava "Codorniu" Non Plus Ultra !

Un disque plein de faicheur depuis les Canzoni de Tarquinio Merula, en passant par la Fantaisie et Fugue en ut mineur de Bach (ah ! si tous les organistes jouaient comme ça !!!), ou par la délicieuse "Suite for pipes" de Vaughan Williams et jusqu'à l'étonnante "op de fles" (sur les bouteilles) de Frans Geysen. De la bien belle musique jouée par de sacrés musiciens !
Amazon.fr


Forte ma dolce
Johannes BRAHMS - L'œuvre d'orgue
François MÉNISSIER aux orgues historiques de Sint Maartenskerk de Zaltbommel
(NL) (1786-1796) (Préludes et Fugues) et de Santa Maria (1844) de Schramberg (D) (Chorals)
Editions HORTUS - Hortus 031



Même interprète, mêmes remarques ! Interprétation enthousiaste et bouillonante pour les préludes et fugues, pleine de tendresse, de fraicheur et de poésie pour les chorals ! Un mot sur le choix des orgues, on connaissait déjà le superbe instrument de Zaltbommel et les magnifiques sonorités teutones du Walcker de Schramberg servent au mieux le caractère intimiste des chorals. Un disque magnifique !!!
Amazon.fr


Dietrich BUXTEHUDE – Complete organ works - 7 CD
Harald VOGEL aux orgues Stellwagen de St. Jakobi à Lubeck, Hus/Schnitger de St. Cosmae à Stade, Schnitger de Weener, de Grasberg, de Noordbroek, de St. Jakobi de Hambourg,
de St. Ludegeri à Norden, de l'Aa-Kerk de Groningen, Wiese de Damp, Grotian de Pilsum, Richborn de Buttforde, Kröger/Schnitger de Langwarden, de la Domkirke de Roskilde, Lorenz/Fritsche de d'Helsingør et de Torrlösa
MDG - 314 1438-2




En cette année du tricentenaire de la mort de Dietrich Buxtehude, MDG vient de sortir en un coffret de 7 CD, les disques commercialisés séparément jusque là. Outre les 7 CD, un livret très complet présente Buxtehude, son œuvre d'orgue, et aborde la question du tempérament. Un second livret présente les instruments avec photo couleur de chacun d'eux et le détail de toutes les registrations utilisées.

L'interprétation et les registrations de Harald Vogel sont superbes. Les orgues représentent une des plus belles collections d'instruments contemporains du compositeur, magnifiquement entrenus ou restaurés, la plupart par Jürgen Ahrend. On est loin de la lumineuse version d'un Michel Chapuis, mais celle-ci force l'admiration ! La recherche des phrasés, des registrations, des orgues authentiques,
son sens du discours musical en font un remarquable document sonore transcendé par la merveilleuse inspiration d'Harald Vogel !
Amazon.fr


1ER LIVRE D'ORGUE
Pierre DU MAGE - Louis-Nicolas CLÉRAMBAULT
Michel CHAPUIS à l'orgue
François-Henri CLICQUOT (1790) de la Cathédrale de Poitiers
Astrée-Auvidis - E 7730



Un disque mythique ! Profitez-en tant qu'il y en a encore !!! Ce disque a bercé mon enfance et continue toujours à me bercer... et je sais ne pas être le seul dans ce cas !!! L'enregistrement est ancien (1970) mais c'est tellement beau ! L'orgue est incroyablement beau, l'interprétation pleine de vie, de fraicheur, jubilatoire. Certains la jugeront dépassée... Peut-être, mais d'une profondeur rarement égalée !
Amazon.fr


César FRANCK – L'œuvre d'orgue - 2 CD
Susan LANDALE
aux orgues Cavaillé-Coll de l'église Saint-Sulpice de Paris (1862), de l'abbatiale Saint-Etienne de Caen (1882) et de la Basilique Santa Maria del Coro de San Sebastian (E) (1862)
Calliope 9941.2



Si l'on excepte certains enregistrements désormais historiques (Marchal, Langlais, Demessieux...), cette intégrale peut sans complexe se classer "en tête du peloton" ! Musicienne inspirée, Susan Landale a choisi trois des plus beaux Cavaillé-Coll qui soient et témoigne d'une parfaite compréhension de l'univers franckiste. Ici tout coule avec simplicité, justesse de ton, les rubati sont bien sentis, toujours de très bon goût et forts éloignés du rubato barbe à papa de certains ! Beauté, noblesse, puissance, poésie et spiritualité font de l'écoute de ces deux disques un moment d'une rare intensité !
Amazon.fr


Virgil FOX
Heavy Organ at Carnegie Hall
The legendary 1973 Concert– An Organ Transcription - SACD

BMG Records - 09026-68816-2



Programme : Johann-Sebastian BACH : We all believe in one God (BWV 680)  Rejoice beloved Christians (BWV 734)Final from St. Matthew Passion Prelude & Fugue in e minor (BWV 548)Toccata & Fugue in d minor (BWV 565) Passacaglia & Fugue in c minor (BWV 582)Fugue in G major (BWV 577) "Gigue" — Traditional : The First Nowell It came upon a Midnight Clear

Ce disque s'adresse exclusivement à ceux qui ont de l'humour, dans le cas contraire s'abstenir ! C'est un véritable festival de mauvais goût sur le plan de l'interprétation ! Des choses comme on n'en fait plus sous peine d'aller directement en enfer sans passer par la case Saint-Pierre. Pour ceux qui ne sont pas effrayés par des phrasés plus que douteux, une façon de registrer ancien régime, des rubati à en faire cuire un Gigault, un public en plein délire, et j'allais oublier l'essentiel, un électronium de la pire espèce avec mixtures glaciales, Bombarde 32' "marteau-piqueur", il faut absolument avoir ce disque pour ne pas mourir idiot !

Il n'en reste pas moins que Virgil Fox était et est encore une légende vivante (malgré son décès en 1980) aux States ! Il fit des tournées triomphales de concerts à travers les États-Unis sur un grand orgue électronique construit par Rodgers, avec force jeux de lumière et commentaires pleins d'humour. Passionné par Jean-Sébastien Bach, il en interprétait à tous ses concerts devant des foules enthousiastes.

Virgil Fox - Bach : Gigue Fugue
 
Ce disque est le transfert au CD, d'un concert qu'il donna à Carnegie Hall à New York le 20 décembre 1973, devant 2.800 personnes ! Ceux qui pratiquent la langue de Shakespeare apprécieront son talent à communiquer avec les foules ! Son interprétation de la Fugue alla gigue déchainait les foules à tous ses concerts... En bis, Virgil Fox fit chanter 2 noëls traditionnels à tout Carnegie Hall chantant à tue-tête. Des concerts comme on n'en fait plus !
 
Pour 4,35 € ça vaut vraiment pas le coup de s'en passer !!!!!!!!!!!!!
Amazon.fr


Alexandre GUILMANT – Noël au salon
Kurt LUEDERS, harmonium d'art Mustel d'Alexandre Guilmant, Françoise MASSET, soprano, François LAMBRET, piano
Editions HORTUS - Hortus 044




Programme : La crèche. Pastorale et Adoration - Pastorale - Noël languedocien - Noël espagnol - Chantons je vous prie, Le Messie vient de naître - Grand Dieu, Allons pasteurs - Cœur de Jésus enfant - Prière et Berceuse - Noël brabançon alla Haydn - Berlioz : Repos de la Sainte Famille - Noël de Saboly alla Mozart - Puer natus est - Noël polonais - Entends ma voix fidèle - Finale alla Schumann sur un noël languedocien

Voici un programme intéressant et rare. Rare, parce que le programme n'est pas de ceux que l'on trouve habituellement dans les bacs des disquaires, mais aussi parce que Kurt Lueders joue le magnifique harmonium d'art Mustel d'Alexandre Guilmant, précieusement conservé par ses descendants, ou dialogue avec un piano Pleyel de 1905. Guilmant fut l'une des figures majeures de l'orgue du 19ème siècle. Si l'on connait bien ses sonates pour orgue, les noëls restent encore trop méconnus - peut-être parce que trop "simples" - et c'est bien regrettable ! On y retrouve la naïveté et la fraicheur de ces mélodies qui ont fait la joie d'une époque. Les sonorités chaudes et couleurs du Mustel et du Pleyel nous transporte un siècle en arrière : ici tout sent la jeune fille modèle et la redingote bien empesée, nous sommes au salon en sachant que l'heure des vêpres n'est pas loin. Un disque bien sympathique !!!
Amazon.fr


Jesús GURIDI – Complete Organ Works - Vol. 1
Esteban ELIZONDO IRIARTE
à l'orgue Stolz-Frères (1889), de l'église San Pedro Apóstol de Bergara (Pays Basque)
AEOLUS - AE-10361



Programme :
Final para gran órgano – Variaciones sobre un tema vasco – Preludio – Fantasia – Interludio – Tríptico del Buen Pastor : I-El rebaño - II-La oveja perdida - III-El Buen Pastor

Certains diront que cet enregistrement n'est pas indispensable et ils auront raison ! Un compositeur inconnu, sur un orgue (presque) inconnu, par un organiste lui aussi (presque) inconnu... Reste à donner une définition de l'indispensable ! Bach, Franck et bien d'autres sont indispensables par l'extrême qualité de leur production ! Et d'ailleurs, l'indispensable des uns n'est pas celui des autres !!! Pour moi sont indispensables toutes ces informations mais aussi et surtout ces plaisirs qui viennent briser l'éternelle routine du quotidien : un paysage, un plat, un vin, un compositeur, un orgue, ou un organiste...

Jesús Guridi est l'un des plus importants compositeurs basques et espagnols du 20ème siècle. Né à Vitoria en 1886, il mourut à Madrid en 1961. Il y fut le directeur du conservatoire.
Dès les premières notes du disque, nous voici transportés dans un univers qui évoque irrésistiblement le Final d'une 1ère symphonie d'un Louis Vierne ou de la 3ème d'un Saint-Saëns. Toutefois, il serait particulièrement injuste de limiter sa musique à ces deux citations anecdotiques. Il nous laisse une œuvre d'orgue importante et attachante, mais aussi de la musique symphonique, de chambre, pour piano, pour chœur, pour enfants, des opéras, de la musique de films... Musique inspirée, raffinée, aux mélodies élégantes, à l'harmonie riche et puissante !

La deuxième surprise, c'est le magnifique instrument des Frères Stoltz ! Victimes de la toute puissante hégémonie d'un Cavaillé-Coll, leurs instruments ont souvent été détruits, transformés, dénaturés, celui de Bergara est l'un des rares à avoir conservé ses sonorités d'origines. Voici un instrument qui sonne vrai, avec des anches tour à tour éclatantes ou poétiques, des flûtes rêveuses et limpides, des gambes tranchantes mais jamais forcées, des fonds ronds et clairs, les superbes plein jeu, carillon, cornet s'intègrent à la perfection au grand chœur, sans striduler dans nos oreilles. Le Pays Basque espagnol est d'ailleurs à ce titre un véritable paradis de l'orgue du 19ème siècle, tout comme peut l'être chez nous la Normandie par exemple. On est loin des machines à bruit que l'on entend un peu partout après de prétendues restaurations.

La dernière surprise, c'est l'organiste ! Professeur au Conservatoire Supérieur de Musique de qu'il a d'ailleurs dirigé durant de nombreuses années, Esteban Elizondo connait ses instruments à merveille et sait les mettre en valeur tout autant que les œuvres composées pour eux. Il est aussi le fondateur du Cours International de Musique d'Orgue Romantique au qui réunit chaque année les spécialistes de ce répertoire. Il est fort dommage que l'on ne l'entende pas davantage en notre bonne vieille terre de France !

Ce disque n'est peut-être pas indispensable, mais il est fort attachant et mérite vraiment de figurer dans votre discothèque... Il faut l'avoir chez soi !!!
Amazon.com
ohscatalog.org


The Orchestral Works
JONGEN : Symphonie Concertante, SAINT-SAËNS : Symphonie n°3
Virgil FOX - Rogers Touring Organ - Eugene ORMANDY, Philadelphia Orchestra
Virgil Fox Legacy Recordings




Pour ceux qui ne connaîtraient la Symphonie Concertante de Joseph Jongen (1873-1953) et qui voudraient entendre une époustouflante version de la sempiternelle 3ème Symphonie de Sait-Saëns, ce disque est fait pour vous ! D'abord parce que, pour une fois, l'orgue n'est pas enfermé dans le placard à balai du 4ème sous-sol de la salle de concert ! Il est bien présent et ne fait pas semblant d'être là... Ensuite parce qu'Eugene Ormandy et Virgil Fox, véritable légende aux États-Unis, nous en donnent une interprétation jubilatoire : Ormandy est survolté dans les mouvements vifs, rêveur dans les mouvements lents. Un très beau disque !
Cafépress.com


Il existe sur le site Cafépress.com un second enregistrement de la seule Symphonie Concertante en concert live à Tokyo en 1977.
Cafépress.com


Il existe également
sur You Tube deux vidéos présentant les 1er et 3ème mouvements de la Symphonie Concertante au Japon :
Virgil Fox - Jongen : Symphonie Concertante – I
Virgil Fox - Jongen : Symphonie Concertante – III


Liszt – Via Crucis

Vincent GENVRIN à l'orgue Walcker (1884) de la cathédrale de Riga (Lettonie)
Chœur Sacrum, Direction : Andris Veismanis
Editions HORTUS - Hortus 002



Programme : Via Crucis - "Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen" - Les morts - Oraison

Un très très beau disque consacré au Liszt mystique méditant sur les 14 stations du Chemin de la Croix et sur la mort d'une manière générale. L'acoustique généreuse de la cathédrale de Riga sert au mieux cette musique. Le chœur est remarquable, le monumental instrument de Walcker se révèle tour à tour clair, doux, tendre ou sévère, argenté et velouté. L'effet du Bombardon 32' à anches libres dans la partie centrale de Weinen, Klagen, évoque le Jugement Dernier, alors que l'Unda maris du 4ème clavier nous transporte directement au Paradis ! Vincent Genvrin a su établir une parfaite complicité entre l'orgue et le chœur, l'orgue et la cathédrale, l'orgue et la musique de Franz Liszt ! On y voit le Christ chargé de sa croix, on le voit et on l'entend souffrir, gémir, mourir... Une œuvre poignante magnifiquement interprétée. Vincent Genvrin signe aussi une des plus belles versions de Weinen Klagen qui soit... Exceptionnel !
Amazon.fr


Gustav MAHLER - Symphony N° 5 in C sharp minor
David BRIGGS à l'orgue Willis (1889)/Harrison & Harrison (1920)/
Hill, Norman and Beard (1971)/Nicholson (1999) de la cathédrale de Gloucester (GB)
Priory - PRCD 649




Programme : 5ème Symphonie en Do# mineur :
I-Trauermarsch – Sturmisch bewegt – II-Scherzo – III-Adagietto – Rondo-Finale. Allegro
Transcription David Briggs

David Briggs signe ici une des plus monumentales transcriptions jamais réalisées, tant par la durée (72'), l'énergie déployée à la jouer, que par la qualité de son interprétation. Il est, sur ces deux derniers points, magnifiquement secondé par l'extraordinaire instrument de la cathédrale de Gloucester, généreux, puissant et poétique, d'une remarquable précision et promptitude.
N.B. L'instrument n'étant pas très connu et la composition donnée dans le livret ne correspondant pas à la réalité (!!!), on pourra trouver l'actuelle disposition en cliquant ici.

J'entends déjà les ronchons de service dire "Encore une transcription ??? Ça n'a aucun intérêt !!!" Qu'ils se détrompent ! Tout d'abord parce que cette transcription pourrait nous laisser penser qu'elle est une œuvre d'orgue (C'est le but, mais rarement atteint à ce point ! Les cinéphiles savent bien que c'est un orchestre qui joue dans le célèbre Mort à Venise de Visconti.). Ensuite parce qu'elle fait sonner l'Orgue comme je l'ai rarement entendu sonner parfois de manière vraiment cyclonique !!! Si David Briggs était payé au nombre de notes jouées, il serait milliardaire n'en doutons pas, et si l'on appliquait un coefficient en fonction de son interprétation, il quadruplerait la mise !!!

L'instrument – bien plus néo que victorien – est remarquablement utilisé. Les tutti sont électriques dans tous les sens du terme et restent toujours lisibles, les crescendi–decrescendi sont remarquablement bien conduits, les jeux solistes sont superbes, et –même s'il y manque les glou-glou de la harpe– certains moments de l'adagietto ne permettent plus de douter de l'existance de Dieu !!! On aurait peut-être préféré un Tuba bien british au début du premier mouvement, on pourrait regretter également quelques bruits de bouches excessifs de quelques notes de jeux à bouche utilisés en solo, ou encore l'apparition inattendue mais rapide des jeux de tierces dans cette musique... Ne chipotons pas, c'est vraiment très très très beau ! L'autre disque de transcription a avoir absolument dans sa discothèque !
Amazon.fr
ohscatalog.org


Magic !
Peter Richard CONTE à l'orgue Wanamaker (1911-1917/ 1924-1930) du Grand Court Lord & Taylor à Philadelphie (USA)
Dorian xCD-90308 (1ère édition) ou Gothic
G-49248 (2ème édition)



Programme : Mussorgsky : Night on the Bare Mountain – Wagner : Wotan's Farewell and Magic Fire Music – Dukas : Sorcerer' Apprentice – Nicolai : Ouverture to The Merry Wives of Windsor – Elgar : Cockaigne Ouverture "In London Town", op. 40 – Elgar : Nimrod from Variations, Op. 86 "Enigma"

Un programme extraordinaire, un organiste extrardinaire, un orgue extraordinaire, une prise de son non moins extraordinaire ! S'il n'y en avait qu'un ce serait celui-là ! C'est LE disque de transcriptions qui doit impérativement figurer dans votre discothèque !!!

L'instrument est situé dans le grand magasin Wanamaker de Philadelphie (aujourd'hui Lord & Taylor), bâtiment à côté duquel Saint-Pierre de Rome n'est qu'une grande église de grosse paroisse parisienne (145 m de long, 75 m de large et 75 de haut !). L'orgue sonne dans la cour centrale du magasin autour de laquelle se répartissent les rayons de celui-ci (35 m de long, 20 de large et 45 de hauteur). On voit sur l'élévation ci-dessous à droite l'orgue principal surmonté de l'Ethereal Organ, face à l'Echo organ à gauche, au septième étage de l'instrument. L'instrument est joué en concert toute l'année, deux fois par jour durant les heures d'ouverture du magasin, du lundi au samedi, ainsi qu'à l'occasion de concerts exceptionnels qui se rajoutent aux précédents.

Croquis : Friends of the Wanamaker Organ

C'est l'orgue de tous les superlatifs ! Voici quelques chiffres :
399 jeux, 28414 tuyaux - 9 ventilateurs développant une puissance totale de 168 CV - 38 réservoirs - la console à six claviers pèse 2,5 tonnes, et comporte environ100.000 pièces dont la moitié sont mobiles - 141 sommiers dont 31 à la pédale et 32 pour le seul String Organ (cette division, accouplable sur n'importe lequel des 6 claviers et la pédale, ne possède pas moins de 114 jeux de gambe (!!!) faisant entendre tous les harmoniques d'octave, de quinte et de tierce du 32' au 1/2', y compris 47 voix célestes en 16', 8', 5' 1/3, 4', 3' 1/5, 2' 2/3 et 2', l'ensemble parle entre 375 et 675 mm de pression !!!). Le String Organ est enfermé dans la plus grande boite expressive jamais construite (21 m de large, 8 de profondeur et 5 de haut). L'ensemble de l'instrument pèse environ 520 tonnes !!!!!!!

En1926, l'organiste titulaire, Charles Courboin, établit un plan pour un clavier de Stentor Organ avec Stentor Pedal, malheureusement Rodman Wanamaker mourut avant la signature du contrat et ce modeste projet ne fut jamais réalisé. Cette division devait comporter 25 jeux au manuel dont un plenum de 8 jeux dont
27 rangs de mixtures en 3 registres (pressions de 375 mm à 625 mm), une Bombarde 32' (625 mm), quatre anches de 16' (1250 mm), dix anches de 8' (dont trois à 2500 mm de pression, quatre à 1875 mm, les autres à 1250 mm), deux anches de 4' (2500 mm et 1875 mm). La Stentor Pedal quant à elle devait comporter 16 jeux dont un plenum de 7 jeux avec 11 rangs de mixtures en un registre (pressions de 375 mm à 625 mm), une Bombarde 64', deux bombardes 32', trois anches 16' et trois de 8' (1250 mm pour les anches), soit un total de 17 jeux d'anches au manuel et 9 à la pédale !!!

L'orgue possède entre autres un Gravissima 64' (acoustique : 32' + 21' 1/3), onze 32', soixante-deux 16', quatre-vingt-deux jeux d'anche, et encore un piano, un jeu de 37 grandes cloches (le do grave mesure 3,60 m de hauteur, 125 mm de diamètre, pèse 300 kg et est actionnée par un maillet de 10 cm de damètre !), un jeu de 27 petites cloches, un m
étalophone de 49 notes , un célesta de 49 notes, un jeu de 49 gongs et 19 trémolos (leur vitesse est ajustable, individuellement ou dans leur ensemble...) !!! L'instrument est entretenu en permanence et est accordé, jour après jour, tout au long de l'année, en dehors des horaires d'ouverture du magasin !

Photo : The Gothic Catalog

Au delà des chiffres, cet orgue est fabuleux ! Il offre un véritable feu d'artifice de couleurs symphoniques comme il n'en existe nulle part ailleurs dans le monde. Bien mené, et son titulaire connait très très bien son affaire, il a la souplesse, le fondu et la dynamique d'un orchestre... Les tuttis ne sont pas écrasants et laissent entendre toute la polyphonie, tout s'équilibre à merveille. Les gambes remplacent les mixtures avec un rare bonheur (il n'y a que 19 mixtures assez graves dans l'instrument) ou se révèlent d'incroyables jeux solistes. On admirera la perfection d'harmonie, de timbre et d'égalisation des jeux solistes, l'incroyable efficacité de la pédale aussi bien dans les pp que dans les fff, celle des boites expressives. Le crescendo général est saisissant, sans heurts, de la sonorité la plus ténue à la plus puissante.

Peter Richard Conte est non seulement un excellent interprète mais aussi un remarquable transcripteur. On l'entend souvent jouer un premier solo à la main droite, un second avec le pouce de la main gauche et accompagner avec les quatre doigts restant et la pédale. Les transcriptions d'Une nuit sur le mont chauve de Moussorgsky et de L'Apprenti sorcier de Paul Dukas sont tout simplement ébouriffantes, le crescendo-decrescendo de Nimrod saisissant ! On imagine volontiers qu'un tel instrument n'est vraiment à l'aise que dans ce répertoire ! Y jouer du Franck ou du Mendelssohn reviendrait à avoir une Rolls-Royce avec un moteur de Porsche uniquement pour effectuer son aller-retour quotidien chez le boulanger du bout de la rue !!!

Avant de conclure, il faut noter que l'orgue était en cours de restauration au moment de l'enregistrement. Étaient inutilisables : le Positif (19 jeux), le Récit (51 jeux dont 16 jeux d'anches comprenant une batterie 16-16-8-8-4 parlant à 550 mm de pression !), l'Orchestral Organ (42 jeux dont 24 jeux d'anche comprenant un chœur de 6 voix humaines 8' et une de 16').

Pour écouter l'orgue et son titulaire (y compris des plages entières de ce disque).
Quand vous êtes sur la page, cliquez sur "Listen to the Program".
(Les œuvres se trouvent entre les différents épisodes de parlottes !).

Pour acheter ce disque :
The Gothic Catalog (en promotion actuellement)
Amazon.fr


Midnight at the Grand Court !
Peter Richard CONTE à l'orgue Wanamaker (1911-1917/ 1924-1930) du Grand Court Lord & Taylor à Philadelphie (USA)
Gothic
G-49247



Programme : Elgar : Empire March – Elgar : Sospiri – Hebble : Homage to Fritz Kreisler – Wagner : Liebestod (Tristan et Isolde) – Debussy : Arabasque n°1 – Vierne : Clair de lune – Fauré : Nocturne (Shylock) – Brahms : Variations on a theme of Joseph Haydn.

Disons le tout de go,
si cet enregistrement permet cette fois d'entendre l'instrument complètement restauré, la prise de son de cet enregistrement ne vaut pas celle du précédent CD ! Encore est-ce une affaire de goût... Elle est plus lointaine et de ce fait le rendu sonore est plus monochrome, plus en noir et blanc qu'en couleur. Peut-être aussi, le résultat final est il plus conforme à ce que l'on entend dans le magasin...

Il n'en reste pas moins vrai que les transcriptions sont toujours aussi bien menées, tant au niveau de la réalisation que de l'interprétation. Peter Richard Conte s'y révèle un maître ! Les amateurs de gadgets y entendront avec plaisir le Percussion Organ avec piano, cloches, glockenspiel, célesta, et autres roulements de cymbales...
Amazon.fr


Louis Robilliard - Franck-Liszt-Rachmaninov
A l'orgue Cavaillé-Coll (1879) de l'église Saint-François de Sales à Lyon
Festivo - FECD 125



Programme : FRANCK/ROBILLIARD : Interlude symphonique de Rédemption – RACHMANINOV/VIERNE : Prélude en do# mineur & RACHMANINOV/ROBILLIARD : L'île des morts – LISZT/ROBILLIARD : St. François de Paule marchant sur les flots – LISZT : 4ème consolation & Évocation à la Chapelle Sixtine
ohscatalog.org


Louis Robilliard - Saint-François de Salles, Lyon
A l'orgue Cavaillé-Coll (1879) de l'église Saint-François de Sales à Lyon
Festivo - FECD 138




Programme : SCHUMANN: Esquisse en fa mineur & Canon in la bémol majeur – LISZT/ROBILLIARD : Orpheus – SAINT-SAËNS/ROBILLIARD : Danse Macabre – REGER : Benedictus & Choral Fantaisie Wachet auf, ruft uns die Stimme – BRAHMS : Chorals n°3, 4, 9 & 10
ohscatalog.org


Louis Robilliard - Poète et Virtuose à l'orgue
Aux orgues Cavaillé-Coll de l'église Saint-François de Sales à Lyon (1879) et de la basilique Saint-Sernin de Toulouse (1889)
Festivo - 6931722



Programme : LISZT/ROBILLIARD : Funérailles – MENDELSSOHN : Sonate No. 6 – LISZT : Prélude & Fugue sur BACH – BRAHMS : Mein Jesu, der du mich & Herzliebster Jesu – LISZT : Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen
ohscatalog.org
 

Louis Robilliard - Duruflé-Dupré-Fauré
Aux orgues Cavaillé-Coll de l'église Saint-François de Sales à Lyon (1879) et de la basilique Saint-Sernin de Toulouse (1889)
Festivo - 6961.942



Programme : DUPRÉ: Symphonie-Passion, op. 23 - FAURÉ/ROBILLIARD: Suite Pelléas et Mélisande, op. 80 – DURUFLÉ: Suite, Op. 5 
ohscatalog.org


Louis Robilliard - Liszt-Widor-Vierne-Rachmaninov
Aux orgues Cavaillé-Coll de l'église Saint-François de Sales à Lyon (1879) et de la basilique Saint-Sernin de Toulouse (1889)
Festivo - 6962.042

 

Programme : VIERNE : Symphonie n°1 : Prélude-Andante-Final – RACHMANINOV/ROBILLIARD : Prélude en fa# – LISZT : Fantaisie et fugue sur Ad nos, ad salutarem undam – WIDOR : Symphonie n°8 : Adagio-Final
ohscatalog.org

Cinq disques indispensables ! Ils se présentent chacun comme un récital alternant pièces du répertoire et transcriptions de Louis Robilliard. Le résultat est somptueux ! L'organiste s'y révèle à tous points de vue Poète et Virtuose ! Les orgues sont magnifiques, avec une émotion particulière pour l'orgue de Saint-François, encore intact, sur lequel sont jouées les pièces expressives et sur l'orgue de Saint-Sernin de Toulouse auquel sont dédiées les pièces "virtuoses". A acquérir absolument avant leur disparition du commerce !


Spirit & Emotion – Improvisationen über Themen von Bach bis zu den Beatles – 2 CD
Wolfgang SEIFEN aux orgues Klais (1957/1989/1994) de la cathédrale St-Barthélémy de Franckfort (D)
Enregistrent public d'un concert organisé par le Lions-Club Frankfürt-Paulskirche, le 27 février 2004. Double CD



Improvisations sur des thèmes de Bach, Beethoven, Schubert, Tchaïkowsky, Bruckner, Grieg, Ravel et des Beatles. Wolfgans Seifen est aux commandes du remarquable instrument néo-classique de la cathédrale de Franckort, cloches, chamades tonitruantes, anches de détail, mutations, fonds musclés ou poétiques, 32', improvisant préludes et fugues, trios, chorals, symphonie et... marche impériale... et il s'en donne à cœur joie !
On peut essayer de commander ce CD à l'adresse suivante :
Lions-Club Frankfürt-Paulskirche
c/o Hotel Steingenberger Frankfürter Hof
Kaiserplatz
D-60311 Frankfürt am Main
Allemagne



Der Ring
Richard WAGNER – An Organ Transcription - SACD
Hansjörg ALBRECHT aux deux orgues de l'église Saint-Nicolas de Kiel (Orgue de chœur Mutin - Cavaillé-Coll 1921, Grand Orgue Detlef Kleuker 1965/1997/2004).
OEHMS Classics - OC 612




Programme : Rheingold : Vorspiel (04:30) – Walhallaszene (13:48) – Walküre : Walkurenritt (06:05) Siegfrid : Waldweben (12:32) – Götterdämmerung : Trauermarsch (07:10) – Brünnhildes Abschied (19:48)
Amateurs de transcriptions, ce disque est fait pour vous... Sceptiques, laissez-vous convaincre, ce disque est remarquable !!! Hansjörg Albrecht joue ses propres transcriptions aux claviers des deux orgues de Saint-Nicolas de Kiel, la console du Grand Orgue (III-48 jeux) permet de jouer l'orgue de chœur (II-17 jeux) (qui s'accouple sur chacun des trois claviers du premier, à l'unisson et/ou à l'octave grave !). Les heureux propriétaires d'un lecteur SACD et de l'équipement qui va avec seront transportés au beau milieu de l'église jouissant ainsi de la répartition dans l'espace des intruments (pour les autres, ça sonne quand même très bien !).

Les transcriptions sont superbes et rondement menées par l'orgue à la technique impeccable.
Hansjörg Albrecht se tire de façon très convaincante d'exercices plutôt difficiles à l'orgue... Pour ne donner qu'un exemple citons l'immobile Prélude de L'Or du Rhin qui ouvre le disque : ceux qui connaissent la partition savent qu'il s'agit du plus long accord de mi bémol majeur de l'histoire de la musique qui va progressivement se déployer vers le haut et occuper progressivement tout l’espace sonore. Ici pas de lassitude, ce qui aurait pu être plat et monotone est envoutant... On croirait presque entendre l'orchestre !!!

L'instrument, malgré son caractère néo-classique, avec peu de fonds de 8', est assez bluffant dans cette musique ! On pourrait parfois regretter que certaines mixtures aiguës du Grand Orgue ne brillent ni par leur délicatesse, ni par leur accord, mais ne boudons pas notre plaisir, ça reste quand même très beau... L'utilisation du Zimbelstern à la fin de la dernière pièce est tout simplement délicieuse !
Amazon.fr


Charles–Marie WIDOR - Complete Organ Works Vol. 5
Symphonie n°8 - Si majeur, Op.42/4

Ben van OOSTEN aux grandes orgues
Cavaillé-Coll (1890) de l'abbatiale Saint-Ouen de Rouen.
MDG Gold - MDG 316 0405-2




Voici l'une des symphonies les moins connues de Charles-Marie Widor. C'est aussi la plus longue (56 minutes), et, par conséquent, l'une des moins jouées. Il est plus qu'heureux que Ben van Oosten ait comblé ce vide. La 8ème symphonie est sans aucun doute le point culminant de l'idéal symphonique de Widor et, sur le plan du gigantisme, de l'ampleur, de la profondeur musicale, de la manière dont l'instrument y est traité, elle dépasse toute les autres.

On mettra en avant le 1er adagio (Moderato cantabile), du pur Widor, le morceau le plus roudoudou jamais écrit pour l'orgue, d'une grande beauté mélodique et d'un grand lyrisme expressif. Les voix célestes et flûtes harmoniques de Saint-Ouen y font merveille ! Le délicieux scherzo (Allegro), canon de facture schumanniene, les Variations, vaste passacaille, le second Adagio, quasi wagnérien, un des plus beaux mouvements lents jamais écrit pour l'instrument à tuyaux, et l'étincelant final, splendide rondo alla Schumann. Quand on saura qu'Albert Schweitzer qualifiait le premier mouvement (Allegro risoluto) de véritable merveille, on ne pourra que vouloir combler ce vide dans sa discothèque !
Amazon.fr


N.B. 1 : Il est également de
possible de commander les disques HORTUS directement chez l'éditeur :
Éditions HORTUS
2 rue Diderot
92600 ASNIERES

ou
editionshortus@wanadoo.fr
15 € port compris, 20 € port compris pour l'Art de la Fugue
Règlement par chèque à réception.


N.B. 2 : Je vous invite à vérifier sur le site Amazon.fr la rubrique "n neufs et d'occasion disponibles à partir de EUR nn,nn". On y trouve des disques neufs jusqu'à moitié moins cher ! Le délai de livraison est en général plus long, mais ça en vaut la peine...

Le choix de ce site (ou d'autres...) n'a aucun caractère commercial, il résulte simplement du fait que c'est là que l'on pourra souvent trouver les prix les plus attractifs. Rien ne vous empêche d'aller consulter les offres d'autres sites (fnac.com, abeillemusique.com, etc...).



Nuage de mots-clés des articles